Acoustique | Service | Dames | Haut-Artisanat | Commemorative Watches
N.B. : le mouvement filmé ici est en cours d’assemblage, le son de son mécanisme de sonnerie n’est donc pas finalisé.
Le maître-horloger Avant de pouvoir produire le meilleur son possible, les timbres doivent être fixés dans la montre, puis parfaitement accordés dans leur position finale. Comme c’est souvent le cas en horlogerie, le succès ou l’échec de ce processus dépend en majeure partie du «coup de main», de la patience et du savoir-faire d’un maître-artisan. Chez Patek Philippe, ce sont les maîtres-horlogers qui sont responsables du son inimitable des timbres de leurs précieux garde-temps. Leurs regards attentifs reflètent toute la sérénité et la sagesse requises pour travailler dans ce microcosme de roues, leviers, ressorts et vis. En les voyant poser les timbres, armés d’une loupe, d’une paire de brucelles et d’un tournevis de précision, on comprend que l’horlogerie ne tolère aucune trace d’impatience. Pour pouvoir accorder les timbres, ils doivent les fixer au mouvement, activer les marteaux et se fier à leur oreille exercée. Si le son n’est pas parfait, ils démontent à nouveau les timbres, leur enlèvent une parcelle de métal, remodèlent légèrement leur courbe et les réinstallent dans le mouvement pour tester à nouveau la sonnerie. Ce processus de fixation, sonnerie, démontage et réassemblage peut durer des jours, voire des semaines. Il ne s’achève que lorsque le maître-horloger, satisfait, pose ses outils. Il ne s’agit, bien sûr, que d’un des nombreux essais et tests que ce prodige de micromécanique devra subir avant de prendre place au poignet de son futur possesseur. Le mécanisme de frappe Les timbres ont remplacé la cloche, qui n’émettait qu’un seul son et prenait plus de place. Mais leur réglage délicat exige une excellente oreille ainsi que des mains expertes. Les répétitions minutes possèdent généralement deux timbres, qui doivent être «accordés» à la main par un horloger expérimenté. La puissance de frappe de chaque marteau doit également être ajustée individuellement pour éviter de surmener les timbres. Une bonne sensibilité tactile ainsi qu’un grand sens musical sont d’importance majeure à cette étape critique de la naissance d’une répétition minutes. Pour faire résonner les timbres, on a recours à des petits marteaux. Comme elles ont généralement deux timbres, les répétitions minutes possèdent également deux marteaux. Lors du développement du mécanisme de sonnerie, le poids et la position de chaque marteau doivent être parfaitement adaptés au timbre correspondant. De plus – détail capital – la force du ressort contrôlant chaque marteau doit être exactement proportionnelle au poids du marteau, sans quoi le timbre produira un mauvais son, soit trop faible, soit trop fort. Le réglage des ressorts de marteaux par un maître-horloger joue, lui aussi, un rôle essentiel dans la qualité globale d’une répétition minutes de qualité.
N.B. : le mouvement filmé ici est en cours d’assemblage, le son de son mécanisme de sonnerie n’est donc pas finalisé.
Le défi Une montre-bracelet ne peut accueillir que de petits timbres, appelés timbres classiques, ce qui complique la recherche d’un son riche et puissant. Malgré la qualité acoustique déjà légendaire de ses montres-bracelets à répétition minutes, Patek Philippe a présenté au début 2000 un nouveau type de sonnerie ouvrant des perspectives inédites : les timbres «cathédrale». Ces timbres diffèrent des timbres classiques par leur extraordinaire longueur. Ils font presque deux fois le tour du mouvement et sont ainsi deux fois plus longs que les timbres classiques. Résultat : une sonorité riche et pleine et un temps de résonance particulièrement long. L’utilisation des timbres cathédrale entraîne cependant des défis techniques considérables. N’étant fixés qu’à une extrémité, il est très difficile de les enrouler deux fois autour du mouvement sans qu’ils ne touchent le boîtier ou le mouvement, ou ne se touchent l’un l’autre – ce qui nuirait au son. Patek Philippe a résolu ce problème grâce à une disposition hélicoïdale des deux timbres et à des renfoncements dans le boîtier. Les timbres cathédrale ont ainsi assez d’espace pour vibrer librement sur toute leur longueur et produire un son clair et puissant. La longueur inédite des timbres cathédrale n’explique pas à elle seule la richesse du son. Leur alliage d’acier joue également un rôle crucial au niveau de la résonance. Les spécialistes de Patek Philippe ont mené plusieurs années de recherches avant de trouver l’alliage idéal. La perfection d’une répétition minutes dépend également du rythme de la sonnerie. La vitesse de frappe des marteaux est contrôlée par un petit «régulateur centrifuge» (volant inertiel), lequel assure que les coups se succèdent à intervalles réguliers plutôt que dans une séquence précipitée. Par rapport à d'autres systèmes classiques, le volant inertiel se distingue par son fonctionnement parfaitement silencieux et stable. La redécouverte d’un art perdu La production des timbres était réservée, par le passé, à une poignée d’artisans spécialisés. Patek Philippe a donc dû mener des recherches approfondies pour apprendre ces savoir-faire et développer l’expérience nécessaire pour perpétuer ce métier. A une époque où l’on ignorait les retraites, les fabricants de timbres considéraient leur savoir-faire et leurs connaissances en métallurgie comme une assurance leur permettant de se maintenir dans la profession aussi longtemps qu’ils étaient en mesure de pratiquer leur métier. Ils ne conservaient ainsi de leur art aucune trace écrite pouvant être transmise aux générations futures. Bien que cette spécialité horlogère très rare ait quasiment disparu au début des années 1970, Patek Philippe en a reconstitué et perfectionné les méthodes, préservant ainsi pour la postérité une quantité d’informations qui sans cela auraient été perdues.
Film